un weekend a oublier

SVA_FSBK22_20220528_153640_2048px.jpg
SVA_FSBK22_20220529_155626_2048px.jpg
SVA_FSBK22_20220529_162723-8_2048px.jpg

Et voilà comment une pièce mécanique défectueuse anéantit complètement un week-end. L’écurie Tecmas-BMW affichait pourtant de belles ambitions pour cette 3e manche du championnat de France de Superbike. Sur un circuit qu’il affectionne, où il s’était imposé à trois reprises ces trois dernières années, Kenny Foray pouvait prétendre signer sa première victoire de la saison (sa 31e en carrière en Superbike) après avoir à chaque fois terminé sur le podium, au Mans et à Nogaro. Les essais du samedi avaient été menés de main de maître par toute l’équipe et si le pilote BMW n'avait été crédité « que » du troisième chrono des qualifications, sur l’ensemble de la séance, en revanche, il s’était montré le plus régulier et le plus performant. De bon augure, pensait-on, pour les courses de dimanche car c’était la preuve que les bons choix avaient été faits tant au niveau des sets-up que des pneumatiques.

Sauf que Kenny ne prit même pas le départ de la course 1… A l’issue du tour de chauffe, à la stupéfaction générale, on le vit mettre le « clignotant » signifiant son abandon. Irrémédiable. La raison ? Une petite pièce mécanique défectueuse. Au sein du team berruyer, du boss Arnaud Sassone, au team-manageur Michel Augizeau, en passant par l’ingénieur Romain Lamonica et les mécanos, c’était l’abattement général. Le plus atteint, évidemment, était le pilote. « Franchement, il y a de quoi avoir les boules car on avait le potentiel pour faire quelque chose de très bien… ». La déception était d’autant plus vive que Kenny aurait pu se rapprocher sérieusement de la première place au général, dans la mesure où le leader, Valentin Debise, était parti à la faute dans le 10e des 20 tours de cette course 1 remportée par Mathieu Gines. Pire, pour n’avoir signé aucun chrono, Kenny était condamné à partir de la dernière place sur la grille pour la course 2. Un enfer, avec tout le peloton à remonter… 

« C’est inacceptable » (Kenny Foray)

Mais le pilote Tecmas, même si le moral avait été atteint, n’est pas du genre à baisser les bras. Après deux tours, il était remonté de 26e à la 13e place. Au 4e tour, il pointait déjà au 8e rang…  « Et pourtant, rien n’a fonctionné » maugréait-il à l’arrivée (8e au final). « Dès les premiers tours, j’ai senti qu’il y avait un problème sur la moto. Dû, sans doute, à l’incident rencontré ce matin. La boîte était récalcitrante, notamment au rétrogradage, et j’avais du mal à contrôler la moto sur les freinages. J’ai dû perdre entre 3 à 4 secondes au tour. Impossible, dans ces conditions, d’espérer revenir sur le top 7. Pfff… Je suis dégoûté. Un week-end comme çà, surtout ici, sur ce circuit où, d’habitude je marque de gros points, c’est déprimant. Le championnat est peut-être déjà joué. Ou alors, il faudra un sacré concours de circonstances pour revenir dans la course au titre... »

Quand ça ne veut pas… Un week-end à oublier bien vite pour l’écurie berruyère. Les motifs d’encouragement, heureusement, ne manquent pas avec des essais réussis, une M1000 RR perfo, des gommes Michelin efficaces et un pilote qui n’a rien perdu de son mordant.

Classement général : 1. Debise 127 points, 2. Gines 118, 3. Techer 79, 4. Foray 78, 5. Renaudin 73, 6. Maurin 72, 7. Suchet 54, 8. Antiga 43, etc…

Texte : Christian Ragot
Photos : Stéphane Valembois

Christian ragot