Troisième chrono pour l’écurie Tecmas lors des essais Pré 24h du Mans

Des conditions météo exécrables (pluie, vent et froid)  ont sérieusement perturbé les Pré-Tests des 24 Heures du Mans (21 et 22 avril). Et l’écurie berruyère Tecmas, comme les autres, a ramé pour offrir un maximum de roulage à ses pilotes.

La journée de mardi a même été une belle galère pour les teams. En effet, sous la pluie et sur une piste, disons, fraîche (8°), les pilotes ont rencontré bien des difficultés à faire grimper leurs pneumatiques en température. Des conditions très délicates, à l’origine directe d’une grosse cabriole pour Camille Hedelin au Chemin aux Bœufs. Rien de grave pour le pilote, heureusement, mais de très gros dégâts sur la moto (« la note est même salée » dixit le boss) et beaucoup de boulot pour les mécanos. Les pilotes avaient alors bien conscience de ne pas être dans le coup et espéraient un réchauffement des températures et une piste plus sèche pour le lendemain, mercredi.

Pour la deuxième journée d’essais, Pirelli eut la bonne idée de proposer un nouveau type de pneu qui s’avéra très efficace. Profitant d’une courte embellie en fin de matinée, Julien Da Costa signa alors le 2e chrono depuis le début des Pré-Tests. Même sous la pluie, la BMW S1000 RR de Tecmas pointait régulièrement dans le Top 10. Jusqu’à ce que David Perret, profitant d’une piste (presque) sèche en fin de séance, ne signe le 3e chrono absolu (1’38’’824) derrière le Yart (Parkes-Fritz-Fujita, en 1’36’’867) et la BMW du NRT 48 pilotée par… Kenny Foray (1’38’’586). Mais devant les deux Honda officielles et la Suzuki du SERT.

De quoi redonner le sourire à toute l’équipe et notamment à Michel Augizeau. « Julien Da Costa, mais on s’en doutait, a toujours été parmi les plus rapides. Et David Perret a trouvé ses marques dans l’équipe et s’est bien adapté  la moto. Qu’il ait signé le troisième chrono va le mettre complètement en confiance. Camille Hedelin et Maxime Bonnot, qui est notre pilote suppléant, ont bien fait le job. Tout ça est de bon augure pour les 24 Heures du Mans. Mais il y a encore bien du travail d’ici le 19 avril, jour des premiers essais libres. Sur la moto mais aussi dans notre organisation. Et nous aurons bien des raisons d’être ambitieux… » 

Christian Ragot - Correspondance spéciale

Photos - Stephane Valembois