Le mano a mano Guarnoni-Foray continue…

Kenny Foray (Tecmas BMW), deux fois 2e,  a réussi à s’accrocher à Jeremy Guarnoni ; tous les autres étant loin derrière. Un sacré mano a mano s’annonce pour la suite du FSBK.

Il ne va pas être simple pour l’écurie berruyère Tecmas-BMW et Kenny Foray de conserver le titre de champion de France. Leur niveau de performance est pourtant excellent, au moins égal à celui de 2017, mais tout en haut des listes de classements, il y a un diable vert qui, pour l’instant, est performant. Tout droit débarqué du Mondial de Superbike pour disputer, cette fois, le championnat de France dans sa totalité, Jérémy Guarnoni a dominé les débats, chez lui, à Nogaro. Celui qui signa la pole position aux dernières 24 Heures du Mans avec De Puniet et Gines au guidon de la n°11 du SRC semble actuellement sur une bonne dynamique, remportant les deux courses dans le Gers.

« L’écart n’est pas aussi important que le classement, qui dans toute sa sécheresse, pourrait le laisser croire (23’’168) » faisait toutefois remarquer Michel Augizeau à la fin de la course 1. « Kenny a légèrement manqué son départ et a été enfermé au premier virage. La piste étant encore humide, avec une seule trajectoire possible, il lui était impossible de dépasser sans prendre de risques inconsidérés et Guarnoni en a profité pour prendre le large. A la fin  du premier tour, il avait déjà une dizaines de secondes d’avance. Quand Kenny est revenu de la 5e à la 2e place, l’écart était fait. Par la suite, il a tourné dans les mêmes chronos».

Deux courses quasi identiques

Une course 1 limpide donc où Guarnoni a été en tête de bout en bout. Et une course 2 quasi identique où Erwan Nigon prit cependant le meilleur départ. Mais dès le 6e tour, Guarnoni reprenait les commandes pour ne plus les lâcher. Et là encore, seul Kenny Foray, réussissait à suivre le rythme du leader.

Dans ce contexte, le deuxième pilote Tecmas, Maxime Bonnot, a confirmé ses bonnes dispositions du moment en signant deux podiums au classement des challengers : 3e le matin et 2e l’après-midi, à moins de quatre secondes du pilote de Grand Prix, Roberto Rolfo. Encourageant, vraiment !

Au championnat, Guarnoni (107 points) s’envole et Kenny Foray (80 points) est un solide dauphin. Mais c’est loin d’être joué. Les vainqueurs du week-end, Guarnoni et Pons (ce dernier en challengers) étaient sur « leur » circuit à Nogaro et cela s’est vu. Ils seront (peut-être) moins dominateurs à Ledenon ou à Magny-Cours. De son côté, Kenny Foray a sportivement accepté sa défaite : « Jérémy est vraiment très fort sur le tour de lancement. Je ne suis pas bien parti lors des deux courses et il a tout de suite pu creuser un écart conséquent. Je sais où je dois travailler mais on ne va rien lâcher… »   

Christian Ragot - Correspondance spéciale

Stephane Valembois - Photos