C'est reparti plein pot pour TECMAS en 2018 !

L’écurie berruyère Tecmas a dévoilé son programme pour 2018 : le championnat de France Superbike avec le soutien officiel de BMW France Motorrad où Kenny Foray metttra tout en œuvre pour défendre son titre. Et les 24 Heures du Mans en tant que team privé avec un trio de pilotes composé de Da Costa, Perret et Hedelin.

La saison 2018 de FSBK s’annonce grandiose. La compétition reine de vitesse en France réunira cette année encore quelques « pointures » de niveau mondial. L’écurie berruyère Tecmas-BMW Motorrad France et Kenny Foray n’en auraient que plus de mérite s’ils réussissaient à conserver le titre de Superbike conquis l’an passé ; le premier du genre dans l’histoire de Tecmas et pour son pilote.

« Le plus beau des titres » avait commenté Kenny Foray, couronné dès le sixième meeting de la saison, avant même les finales FSBK à Carole. L’ex-champion du monde d’Endurance 2014 en avait profité pour saluer le haut niveau de performance atteint par l’équipe berruyère et le trio Michel Augizeau, Romain La Monica et Guillaume Poitevin. Egalement pour dire combien BMW Motorrad France avait eu raison de faire confiance à Tecmas. Avec une BMW S 1000 RR et un pilote impeccable et implacable, intelligent, fiable et rapide, Tecmas avait rapidement dégoûté la concurrence (7 victoires en 11 courses et deux podiums) ; le seul petit bémol étant la non-participation aux finales d’Albi suite à une chute (fracture du métatarse) lors des essais libres.

Toujours avec le soutien officiel de BMW Motorrad-France et de Pirelli, on s’est remis au travail avec enthousiasme du côté de l’avenue de Saint- Amand. Après deux saisons de cohabitation (vice-championne en 2016, championne en 2017), l’équipe est maintenant bien rôdée et la base est là, excellente. Quelques petites évolutions à la marge ont été apportées à la moto, qui devraient permettre de gagner encore en performance et en efficacité. Tous sont déterminés à faire le maximum pour conserver un titre qui, comme le rappelle Kenny, « nous a rendus heureux et fiers. Un titre qui est à la moto ce que la Ligue 1 est au football… ».

Mais chacun sait aussi qu’en sport, il est souvent plus facile d’arriver au sommet que de s’y maintenir. Qu’il y a aussi des saisons où tout vous réussit et d’autres où les choses s’enchaînent moins bien ; les aléas de course contre lesquels on ne peut rien. « Raison de plus pour ne rien laisser au hasard » explique Michel Augizeau qui a déjà programmé deux séances d’essais en Espagne, sur deux semaines début mars, avec Pirelli puis BMW. « Sans compter que nos adversaires vont tout mettre en œuvre pour contrarier nos ambitions… ».

La concurrence ? Les engagements sont loin d’être clos mais elle s’annonce redoutable. Avec, notamment, la présence du « mondialiste » Jérémy Guarnoni (Vainqueur de deux courses l’an passé avec une wild-card), l’arrivée en national de Mathieu Lussiana au guidon d’une BMW privée, la présence  déjà confirmée d’Alex Maurin (vainqueur de la course 2 à Carole), le grand retour en FSBK d’Erwan Nigon, champion de France 2010, cette fois au guidon d’une moto japonaise chaussée par Michelin, et celle de David Perret, vice-champion de France 2017.

Tecmas aura un deuxième atout dans sa manche avec Maxime Bonnot qui aura pour objectif de décrocher le titre des « Challengers ».

Un trio Da Costa-Perret-Hedelin aux 24 Heures du Mans

En endurance, le programme Tecmas se limite pour l’instant aux 24 Heures du Mans. « Les temps sont durs, constate Michel Augizeau. L’an passé, une chute en début de course au Mans avait ruiné tout espoir de podium alors que nous étions compétitifs. Et au Bol d’Or, nous avons été victimes d’une casse moteur incompréhensible et inexpliquée par le motoriste, aux alentours de la 18e heure de course. Mais il n’est pas question de céder au découragement. Dans un premier temps, nous engagerons la même BMW S1000 RR aux 24 Heures du Mans 2018, mais sans le soutien officiel de BMW ; avec l’aide de nouveaux partenaires privés. Et ensuite, on va  essayer de trouver une solution pour disputer le Bol d’Or et si possible, le championnat 2018/2019 dans sa totalité. Il faut savoir que BMW Allemagne nous avait proposé de faire le Mondial dans sa totalité, avec trois pilotes de haut niveau capables de tourner dans la même seconde, tout en diminuant le budget. C’était impossible. En fait, BMW souhaite venir en aide à une écurie ayant déjà un financement pour disputer la totalité du championnat. C’est le cas d'un autre team BMW en Allemagne qui a déjà le budget pour les championnats 2018 et 2019. Kenny Foray, qui a un contrat Tecmas-BMW France en Superbike, disputera d’ailleurs, le mondial d’endurance complet avec cet autre team. Pour lui, c’est bien car il aura une saison complète… ».

Pour les 24 Heures du Mans, Michel Augizeau alignera cependant un sacré trio de pilotes avec, dans le rôle du leader, Julien Da Costa, trois fois champion du monde de la spécialité en 2007, 2008 et 2013 avec le SERT, deux fois vainqueur du Bol d’Or en 2008 et 2012 et trois fois vainqueur des 24 Heures du Mans en 2010, 2011 et 2012 avec Kawasaki associé à Four et Leblanc. Le fidèle et régulier Camille Hedelin et David Perret, dauphin de Kenny Foray  en championnat de France Superbike 2017, complèteront une équipe qui, sur le papier, a fière allure. Restera alors à trouver la fiabilité sur les 24 heures de course…

Christian Ragot - Correspondance

Stephane Valembois - Photographies