Tecmas sur la lancée du Bol d’Or

Le Championnat du Monde FIM EWC 2019-2020 prend une nouvelle dimension cette saison avec, ce samedi 14 décembre, l’arrivée au calendrier de sa première course hivernale, les 8 Heures de Sepang en Malaisie. L’écurie berruyère Tecmas-BMW-GMC figure parmi les cinquante équipes engagées dans cette deuxième manche du championnat du monde d’endurance. Avec l’ambition de poursuivre sur la belle dynamique du Bol d’Or où l’équipe de Michel Augizeau s’était classée 8e au scratch « mais 6e au classement général du championnat grâce aux points supplémentaires marqués lors du classement intermédiaire » rappelle le team-manager berruyer. « L’objectif est bien sûr de préserver, voire d’améliorer cette 6e place au classement mondial mais ça ne sera pas simple car le niveau est extrêmement relevé. »

Le gratin de l’endurance

En effet, outre les 36 teams sous contrat FIM-EWC, le plateau est complété par des équipes asiatiques qui ont de gros moyens et qui viennent chercher à Sepang leur qualification pour les prestigieuses 8 Heures de Suzuka 2020.  Les quatre grandes marques japonaises sont représentées en Malaisie avec, entre autres, les teams officiels Webike SRC Kawasaki France (Guaroni, Nigon, Checa), Suzuki ERT (Philippe, Masson, Black), F.C.C. TSR Honda France (Hook, Freddy Foray, Di Meglio), YART Yamaha (Parkes, Fritz, Canepa) et Yamaha Sepang Racing. Autres teams officiels, les européens BMW-Motorrad avec le World Endurance Team (Mykahlchyk, Reiterberger, Kenny Foray), Aprilia et Ducati. Le top du top en endurance !

« Compte-tenu de la valeur du plateau, terminer dans le Top 10 serait déjà un super résultat » abonde Michel Augizeau. « D’autant que pour nous, Sepang, c’est l’inconnue. Nous n’avons aucun repère sur le circuit malaisien. De nos trois pilotes, seul Alexis Masbou a roulé à Sepang, en Grand Prix, mais sur des motos de petites cylindrées en rien comparables avec les machines d’endurance. Ce qu’il peut nous en dire au niveau des réglages, du comportement de la moto ne peut pas nous servir à grand-chose. Sinon, c’est un circuit qui lui plaît ! Si on veut trouver le meilleur set up, il faudra exploiter au maximum la séance d’essais libres du mercredi… » .

Avec le même trio de pilotes qu’au Bol

Heureusement, l’écurie berruyère ne part pas d’une copie blanche. La BMW S1000 RR n°9 a montré au Bol d’Or qu’elle pouvait être fiable et performante, au point de figurer un court instant tout en haut du classement à la fin de la première heure de course. Et les pneus Michelin ont été efficaces, sur le sec comme sur le mouillé. « Et comme on a le même trio de pilotes, très complémentaires, avec Camille Hédelin, Alexis Masbou et David Perret, on reste dans la continuité. J’aurais aimé pouvoir aligner un pilote professionnel plus aguerri et plus rapide, comme Mathieu Gines qui était libre, mais financièrement, malgré le soutien de GMC, ça n’a pas été possible. Mais j’ai confiance dans mes trois pilotes qui se connaissent bien et s’apprécient. Au Paul-Ricard, ils ont su faire le job, sans aller à la faute dans des conditions de course pourtant dantesques. Et puisque l’on évoque les conditions de course, à Sepang, c’est la grande inconnue. Côté météo, c’est la période de la mousson, avec des risques de pluie et d’orage à tout moment. Côté piste, ça risque aussi d’être délicat puisque ces 8 Heures de Sepang sont organisées dans le cadre des Races of Malaysia, qui associent auto, avec le FIA-WTCR, et moto. Il va y avoir beaucoup de gomme sur la piste… Mais bon, on est tous logés à la même enseigne. A nous de nous adapter… » Pour qu’il n’y ait pas de malaise en Malaisie.

Avec Kenny Foray et Maxime Bonnot mais sans Mathieu Gines.

Des trois pilotes Tecmas-BMW en Superbike, seul Mathieu Gines ne participe pas à ces 8 Heures de Sepang. En passant sous la bannière Ducati, le Team Eric Reinhardt Compétition, jusqu’alors partenaire de BMW Allemagne, a aussi changé son trio de pilotes. Mathieu Gines, pilote professionnel sous contrat BMW n’a pas été conservé. Julien Da Costa a décidé de raccrocher et seul Louis Rossi (qui a aussi piloté pour Tecmas en Endurance) a été conservé près de De Puniet et Jezek. En revanche, Kenny Foray pilote pour l’écurie officielle BMW Motorrad World Endurance Team avec l’ambition de monter sur le podium comme au Bol d’Or. Enfin, Maxime Bonnot pige pour le RAC 41 Honda engagé en Superstock.

Christian Ragot