Le team Tecmas a de grandes ambitions

C’est la grande rentrée ce week-end, au Mans, pour l’écurie berruyère Tecmas-BMW-Michelin. Dans un championnat de France Superbike qui s’annonce d’une intensité rare, Mathieu Gines, Kenny Foray et Maxime Bonnot entendent bien jouer les premiers rôles.

Sans Jérémy Guarnoni, le champion en titre qui, pour une question de budget, a donné la préférence au championnat d’Espagne de Superbike ; avec un Kenny Foray, champion 2017 avec Tecmas, qui ne pourra disputer, au mieux, que cinq meetings sur sept suite à son engagement dans la première World Cup de Moto E (pour électrique); sans Erwan Nigon ni David Perret, habituels animateurs dans cette catégorie reine de la vitesse française, le championnat de France 2019 s’annonce pourtant plus ouvert que jamais. Avec, notamment, le grand retour en piste du triple champion de France de la catégorie (2013, 2014, 2015), Gregory Leblanc. Celui que l’on surnomme « The White », multiple vainqueur des 24 Heures, revient en piste avec un féroce appétit de victoires. Une pause de deux ans, ça creuse… Sur son circuit fétiche du Bugatti, Leblanc roulera avec une moto que l’on dit très performante. Pour cette course d’ouverture dans la Sarthe, tous les spécialistes s’accordent pour dire que Leblanc, en manque de compétition mais pas de motivation, sera un rival numéro un pour les pilotes Tecmas BMW, tant pour une victoire en terre mancelle que dans la course au titre.

Une bataille Gines-Foray-Leblanc pour commencer ?

« The White » ne sera pas le seul  à vouloir déjouer les pronostics, plutôt favorables aux pilotes du team Tecmas-BMW-Michelin. Morgan Berchet, 3e du championnat 2018, Axel Maurin, Hugo Clere champion des Challengers 2018 ou encore Mathieu Lussiana (Yamaha R1-Dunlop) 4e et 3e au Mans l’an passé, seront de coriaces adversaires, au même titre que Louis Bulle, champion de France Supersport en titre. David Muscat sera un autre candidat au podium. Au même titre que Christophe Ponsson qui, après s’être essayé en MotoGP, se lance dans une première saison complète en championnat de France Superbike. En 2018, en FSBK, il avait déjà annoncé la couleur en signant trois podiums en quatre wild cards.

Mais tout cela ne saurait effrayer les pilotes de Michel Augizeau. Champion en 2017, vice-champion en 2016 et 2018, Kenny Foray sait qu’il lui sera difficile de viser le titre « mais je vais me battre pour gagner des courses et faire un maximum de podiums… Avec l’Endurance, la Moto E est l’une de mes priorités cette saison. C’est une série en devenir et j’avais envie d’être au début de cette aventure mais j’aime toujours autant le Superbike. Je ne pourrai être à Magny-Cours, ni à Albi, mais je serai bien là, ce week-end au Mans, pour la gagne. Dès que j’enfile mon casque, c’est pour donner le meilleur de moi-même et finir devant les autres. Après, vu ma situation, il est clair que je tâcherai, selon le déroulement des courses, de ne pas interférer dans l’issue du Championnat ».

Mathieu Gines pour le titre !

Voilà qui promet un sacré duel entre Kenny Foray, Greg Leblanc et... Mathieu Gines pour arbitre, voire même pour tirer les marrons du feu ? Le protégé de Michel Augizeau a pour ambition de rapporter un troisième titre à Tecmas après ceux glanés en 2005 (125 cc Open) et en 2009 (Supersport). Deux fois deuxième lors des finales FSBK à Albi en 2018, derrière Kenny Foray mais devant Guarnoni, le pilote breton, qui avait bénéficié d’une wild card, avait fait la preuve de sa compétitivité. Il aborde cette nouvelle saison en tant que pilote officiel BMW, hyper-motivé et désireux de rendre à Michel Augizeau, « qui est comme mon père, la confiance qu’il m’a accordée ». Quant à la compétitivité, il faudra forcément un temps d’adaptation pour exploiter parfaitement les nouvelles gommes. Idem pour la nouvelle BMW S1000 RR, livrée à Bourges seulement la semaine dernière. Là aussi il va du temps pour la préparation, le roulage et tout valider. Du coup, pour les premières courses, Mathieu pilotera la « vieille » S1000 RR, celle de 2018, toujours très compétitive. Alors que Kenny Foray pourrait accélérer le développement de la nouvelle machine et la piloter à Nogaro ou à Lédenon. En attendant, pour Mathieu, la tactique est claire : rester sur la piste, être régulier et marquer des gros points à chaque course en restant concentré sur le classement général.

Des « clients » pour Maxime Bonnot en Challengers

Les ambitions de Tecmas seront tout aussi élevées en Superbike Challenger. Deuxième en 2018, Maxime Bonnot a les moyens de viser encore plus haut même si Morgan Berchet fait office de tête d’affiche après sa 3e place en catégorie Superbike l’année dernière. Maxime devra aussi calculer Johan Nigon, Clément Stoll, Steven Neumann, Sébastien Fraga et bien sûr Louis Bulle, tous capables de lui tenir tête. Et maintenant, gaz !

Christian Ragot

Bon à savoir

Règlement. Le format du Superbike France évolue. Désormais, les pilotes participeront à trois séances d’essais libres (deux le vendredi et une le samedi matin) et une session chronométrée de 25 minutes le samedi après-midi. Cette qualification déterminera la grille de départ de la première course. La grille de la deuxième course sera formée en fonction de du meilleur tour individuel de chaque pilote lors de la première course.

Calendrier. Le Mans, 6 et 7 avril. Nogaro, 4 et 5 mai. Lédenon, 1 et 2 juin. Pau Arnos, 22 et 23 juin. Magny-Cours, 6 et 7 juillet. Carole, 24 et 25 août. Albi, 14 et 15 septembre.