Tecmas et Techer sous le signe du « 5 » 

Il y a du mieux chez Tecmas mais c’est encore insuffisant. 5e dans les deux courses sur le circuit de Pau Arnos, c’est loin des espoirs affichés par Michel Augizeau.

Après les progrès enregistrés à Lédenon, le Tecmas Racing Team espérait bien enfin accrocher ce premier podium en championnat de France de Superbike sur le circuit de Pau Arnos qui aurait fait tant de bien au moral et ramené définitivement la confiance au sein de l’équipe. Malheureusement, ce week-end en Béarn est resté sous le signe du « 5 » pour l’écurie berruyère et il faudra s’en contenter. 5 c’est le numéro de la BMW S 1000 RR pilotée par Alan Techer. 5 c’est aussi la place occupée par le pilote Tecmas tant en course 1 qu’en course 2. Du mieux cependant par rapport aux sorties de Magny-Cours, de Carole et même de Lédenon, mais aussi des déceptions. Comme celle de ne pas avoir pu rester au contact des meilleurs à partir de la mi-course…

« On ne va pas se mentir ; les résultats ne sont pas à la hauteur de nos ambitions. Il y a des années avec et d’autres sans. Cela fait longtemps que nous n’avons pas connu une année aussi noire en Superbike (Tecmas avait été champion de France en 2017 et 2019 et vice-champion en 2018, Ndlr) » reconnaît Michel Augizeau. « Mais je ne peux pas dire aujourd’hui pourquoi on stagne à ce point. La faute aux pneumatiques ? Aux réglages sur la moto ? Au pilote ? A la météo très froide le matin et tout juste tempérée l’après-midi qui a encore rendu plus délicate la bonne utilisation des gommes ? Je ne veux pas rentrer dans ce jeu-là. Je constate seulement que cela a encore été très compliqué tout au long du week-end. Nous sommes les seuls, en FSBK, à utiliser cette nouvelle BMW équipée en Michelin et nous manquons de repères. D’autant que nous n’avons aucun retour des teams des autres pays qui roulent en BMW et Michelin. La clé est peut-être là ! Il faudrait faire plus de développement, plus d’essais pour tirer la quintessence de la moto et des pneumatiques et les faire bien fonctionner ensemble, de façon constante et efficace. Mais on ne va pas baisser les bras et continuer à bosser » lâche le boss.

On sent en effet que le potentiel est là, bien réel, puisqu’Alan Techer a signé, tant en essais qu’en course, des chronos finalement très proches de ceux alignés par Foray, Gines ou Debise. Jusqu’à la mi-course, cela lui a permis de rester au contact des meilleurs, à deux ou trois secondes maxi « mais à partir du 10e des vingt tours de course, il perdait du grip et à chaque fois qu’il mettait du gaz, la moto patinait. Aussi l’écart final sur les vainqueurs n’est pas vraiment significatif puisque sur la fin, Alan n’avait qu’une chose à faire : assurer » analyse encore le patron de Tecmas. 

Il reste encore deux courses à l’écurie Tecmas, le week-end prochain, à Nogaro, pour sauver l’honneur ; pour accrocher ce podium qui ne sauverait pas la saison mais permettrait au moins d’envisager la prochaine avec un peu plus d’optimisme.

Christian ragot

Les classements en Superbike

 

Course 1. 1. Foray (BMW/D) les 20 tours en 25’50’’88, 2. Debise (Kawasaki/D) à 0’’06, 3. Gines (Yamaha/M) à 4’’35, 4. Maurin (Yamaha/M) à 11’’78, 5. Techer (Tecmas-BMW/M) à 13’’23, 6. Escudier (Yamlaha/P), 7. Renaudin (Yamaja/P), 8. Muscat (Ducati/M), etc… Meilleur tour en couse : Foray : 1’16’’751. (D pour Dunlop, M pour Michelin, P pour Pirelli)

 

Course2. 1. Debise, 2. Gines à 3’’18, 3. Foray à 3’’53, 4. Maurin à 11’’78, 5. Techer à 12’’54, 6.Escudier, 7. Muscat, 8. Renaudin, etc… Meilleur tour en course : Debise , 1’17’’021.

 

Classement du championnat après 8 courses : 1. Foray 164 points, 2. Debise 161, 3. Gines 160, 4. Maurin 93, 5. Escudier 85, 6. Muscat 75, 7. Techer 68, 8. Berchet 64, etc…

 

Prochain (et dernier) meeting : Nogaro les 24 et 25 octobre.