Premier podium pour Kenny Foray

« Franchement, je suis satisfait de mon week-end ». Kenny Foray avait retrouvé le sourire, dimanche soir au Mans, après sa deuxième place en course 2. Une belle récompense pour le pilote et toute l’équipe Tecmas-BMW qui avait connu bien des galères (voir ci-dessous) jusque-là. Mais sans jamais baisser les bras.

 Samedi, en qualifications, Gregory Leblanc, le triple champion de France en titre, signa deux fois la pôle, mais Kenny Foray (deux fois 3e) montra qu’il avait les moyens d’inquiéter le pilote officiel Kawasaki. « Il n’était  pas question de prendre de risques démesurés lors des essais ; ça ressemblait plutôt à deux grosses séances de travail... C’est une nouvelle moto ; il  y a encore beaucoup de réglages à faire pour exploiter les Pirelli que Tecmas, tout comme moi, découvre également… ».

En course, dimanche matin, il n’était cependant plus question de rester sur la réserve. Troisième à la fin du premier tour, derrière Leblanc et Checa, Kenny se portait à la hauteur de Leblanc dans le 4e tour, portant une attaque imparable dans la courbe Dunlop pour s’emparer du leadership… « J’ai alors senti un drôle de truc dans le roue avant. En fait j’avais dû rouler sur un débris qui avait entaillé le pneu… » confiait-il, les yeux rougis par la déception. Une crevaison synonyme d’abandon. Et une grosse frustration pour Kenny qui avait rêvé d’une autre issue, pour lui et pour l’équipe, pour cette première course de la saison avec BMW.

Restait, heureusement, la course 2 pour se refaire. « Malheureusement, j’ai complètement raté mon départ. La moto était positionnée sur une plaque humide et je n’ai pas voulu prendre de risques… Je me suis retrouvé 8e à la, fin du premier tour, loin, trop loin de Grégory Leblanc pour espérer revenir… » Un Grégory Leblanc qui avait plus de 9 secondes d’avance sur le pilote BMW, remonté à deuxième place à la fin du 4e tour. « Etant donné les circonstances de course, je n’ai pas attaqué comme un malade. De toute façon, sur 14 tours, il était impossible d’aller chercher Leblanc. J’ai surtout pensé à assurer la deuxième place. L’équipe, tout comme moi, avait besoin de ce podium… ». Kenny a fait un peu mieux encore en signant le record du tour en course et en étant le seul pilote à descendre sous 1’39’’ (1’38’’9). Ce qui rapporte un petit point supplémentaire au championnat. Un championnat ou le protégé de Michel Augizeau occupe, malgré une manche blanche, la 4e place avec 21 points, derrière Leblanc (53 pts), Checa (33) et Lagrive (32). « Il y a encore du travail mais c’est encourageant, vraiment » estime Kenny avant de donner rendez-vous les 23 et 24 avril à Nogaro.

Avec les autres pilotes Tecmas au Mans

DOMINIQUE PLATET. Dominique Platet avait obtenu une wild-card pour cette manche d’ouverture du championnat de France Superbike. L’objectif pour Dominique était de se familiariser avec le circuit Bugatti avant les 24 Heures du Mans des 9 et 10 avril, premier grand rendez-vous 2016 pour Tecmas en Endurance. Mais le commanditaire de Michel Augizeau n’aura pas vraiment eu l’occasion d’engranger les tours. En effet, une terrible chute à grande vitesse (environ 24O km/h) lors des essais mit à mal ses efforts. Si le pilote est sorti indemne de cette folle cabriole, la moto en revanche a été partiellement détruite. Du boulot en perspective pour Romain La Monica et les mécanos de Tecmas. Il faudra pourtant que tout soit prêt pour les pré-tests des 24 Heures, mardi et mercredi.

MAXIME BONNOT.  Initialement prévu en catégorie Stock, Maxime Bonnot finalement été engagé en EVO. Pour le jeune Nivernais, l’objectif était de se familiariser avec sa nouvelle BMW, d’acquérir de l’expérience et… d’amener la n°10 au bout. L’apprentissage n’ a pas été de tout repos. En essais qualif’, Maxime, qui doit encore apprendre comment fonctionnent les pneus Pirelli, est allé deux fois au tapis lors de la deuxième séance de samedi. Lors de la course 1 dimanche, parti avec des pneus intermédiaires sur une piste qui comportait encore quelques traces d’humidité, il a assuré au maximum pour terminer à une très correcte trentième place. En couse 2, dimanche après-midi, parti tout en fond de grille (44e position) après ses deux chutes en qualifications, Maxime Bonnot a fait une course sage, atteignant l’objectif fixé par le boss : amener la moto à l’arrivée (32e)

MICHEL AMALRIC. Michel Amalric était au départ de la première manche du championnat national European Bike avec pour seule ambition, le podium, au guidon de sa BMW S1000 aux couleurs de Tecmas. En course 1, une erreur de panneautage de la direction de course, qui afficha « piste dry »… avant d’annoncer « piste wet », sema la confusion. Au moment du changement, une douzaine de pilotes étaient déjà partis en slicks, dont Michel Amalric : les autres prenant le temps de changer de gommes avant de s’élancer, Amalric dut se battre avec sa machine pour garder sa machine sur la piste. Terminer, dans ces conditions, à la 7e place, ne pouvait que laisser des regret. D’autant que le protégé de Michel Augizeau, à deux tours de la fin, signa le meilleur tour en course (1’50’’594). En course 2, sur une piste s’asséchant au fil des tours, Michel Amalric roula longtemps en quatrième position avant de lâcher un peu de lest pour terminer sixième.  

Christian Ragot