Tecmas au Bol d’Or avec une BMW S 1000 RR

Le Bol d’Or, c’est le must de l’endurance en moto. « La » course du championnat du monde où il faut briller et sortir la grosse artillerie. Pour ces retrouvailles avec le circuit Paul-Ricard au Castelet, après le long intermède Magny-Cours, toutes les écuries officielles, Suzuki, Kawasaki, Honda, BMW, Ducati et autres Yamaha  seront au rendez-vous les 19 et 20 septembre (départ samedi à 15 heures !). Et une fois de plus, elles ne laisseront que des miettes aux teams privés et à leurs clients. C’est dans ce contexte de haute volée que le team Tecmas, commandité par Dominique Platet, alignera une BMW S 1000 RR sur le plateau varois. Avec des ambitions raisonnables. « L’objectif premier et de rallier l’arrivée, sans chute pour les pilotes et de voir combien notre petite structure de team privé peut peser face aux écuries d’usines » confesse Michel Augizeau qui, au final, serait ravi de terminer dans le Top 20 au scratch.

 

L’écurie berruyère, heureusement, ne part pas dans l’inconnu. Les 24 Heures de Barcelone, les 11 et 12 juillet, une grande classique du calendrier de l’endurance hors championnat du monde, donc d’un niveau moins relevé, ont permis d’engranger bien des données en vue du Bol, tout en signant un résultat encourageant (5e au scratch et 3e de la catégorie EWC). « En Catalogne, la moto s’était avérée performante et bien équilibrée. Les pilotes avaient fait leur job et sans un problème de refoulement lors d’un ravitaillement essence, nous aurions terminé sur le podium scratch » regrette encore le boss de Tecmas. Malheureusement, une panne sèche à l’autre bout du circuit, obligea Clive Rambure à ramener la moto au stand en la poussant. Troisième au moment de la panne, l’équipe concéda la bagatelle de 14 tours et plongea à la 41e place… Tout espoir de podium était alors perdu !

 

Sur la lancée de Barcelone… 

Pour le Bol d’Or, le team berruyer repartira naturellement sur les mêmes bases, avec les mêmes réglages. « Dans la mesure où, en Espagne, notre set-up était bon, il n’y aura pas de nouveautés marquantes. On va juste affiner certaines choses pour, par exemple, ne pas connaître les mêmes problèmes qu’en Catalogne, et améliorer notre stratégie de course. Nous devrons entre autre ajuster les réglages châssis et raccourcir les temps d’arrêt au stand.» estime Michel Augizeau qui a beaucoup cogité sur le sujet en compagnie de Romain La Monica, l’ingénieur maison.

 

On sait par ailleurs le rôle prépondérant qu’ont les pneumatiques en endurance. Comme à Barcelone, la « Béhème » de Tecmas sera chaussée en Dunlop. « La priorité, c’est la sécurité des pilotes, ce qui n’exclut pas un bon niveau de performance. Pour cela, à Barcelone, on avait systématiquement changé la roue arrière à chaque relais et la roue avant tous les deux ou trois arrêts. Au Castelet, selon le grip et l’état de piste, on verra si on peut faire deux relais avec la même roue arrière. Mais en aucun cas, on ne prendra le moindre risque… » répète Michel Augizeau qui regrette ne pas avoir eu davantage de temps lors des tests du Pré-Bol  « en raison de quatre chutes sur les deux journées qui nous ont fait perdre de nombreuses heures de roulage… ».

 

Sinon, l’équipe Tecmas a pour elle une bonne connaissance de la moto, une grande expérience de la course et une équipe technique et de mécanos soudée. Reste maintenant aux pilotes à tout donner, à exploiter au maximum le potentiel de la « Béhème » sans cependant aller au-delà de la limite. Les motos atteignent aujourd’hui un tel niveau de fiabilité qu’une course de 24 heures s’apparente de plus en plus à un long sprint où la moindre erreur se paye cash. C’est dire que Dominique Platet, Camille Hedelin, Clive Rambure, les trois pilotes titulaires (mais aussi Nicolas Sénéchal, le pilote de réserve qui sera obligé de rouler lors des essais officiels), de se montrer à la fois rapides, endurants et lucides. Ils sont complémentaires, avec des qualités différentes. S’ils sont épargnés par les pépins mécaniques et s’ils réussissent à ne pas aller à la faute, le Top 20 devrait être une réalité dimanche sur le coup de 15 heures. 

Christian Ragot