Maxime Bonnot a franchi un cap

Même s’il n’a pas le statut de pilote officiel BMW (ni le matériel qui va avec…), Maxime Bonnot n’en est pas moins l’objet de toutes les attentions de la part de Michel Augizeau et de l’équipe Tecmas. Le jeune Neversois, qui n’en est qu’à sa deuxième saison en Superbike, ne les a pas déçus, se montrant très convaincant lors de l’ouverture de la saison, ce week-end au Mans.

Surtout, Maxime n’a eu de cesse d’améliorer ses chronos tout au long du week-end comme l’a remarqué Uwe Geyer, directeur marketing Motorrad Motorspot pour BMW-Group, venu spécialement de Munich pour découvrir le championnat de France : « Ce qu’il a fait est très prometteur… ». Un compliment qui ira droit au cœur de Maxime. « Me mêler à la lutte, en course et sur plusieurs tours, avec un gars comme Masson, champion du monde d’Endurance, m’a à la fois surpris et boosté. Je pense avoir franchi un cap… Dans ma tête surtout. Déjà, lors de la deuxième séance des qualifications (14e), j’avais réussi à me lâcher et approcher les 1’39’’…  Cela m’avait donné confiance pour la suite… ».

2e des Challengers

La suite, ce fut une course impeccable. Un sans-faute qui lui permit de rentrer dans le Top 10 à la fin du 7e des 17 tours à couvrir. Et surtout de prendre le commandement du peloton des Challengers (classement réservé aux pilotes de moins de 28 ans). Après la chute de Clere, Maxime gagnait encore une place au scratch et semblait gérer son affaire avec l’aplomb d’un vieux briscard… « Mais dans le dernier tour, sur une accélération, pfff… Il n’y avait plus rien. Panne d’essence. J’ai quand même pu emmener la moto au bout…  »  Sauf que Gabriel Pons l’avait débordé à quelques dizaines de mètres de la ligne pour lui ravir la 9e place et s’adjuger le classement des challengers.

« C’est quand même rageant. Cela s’est joué à un demi-litre ; et encore. J’étais parti avec la même quantité d’essence que Kenny (Foray) mais on n’a pas la même électronique et j’ai dû consommer davantage. Je suis à la fois déçu d’avoir laissé échapper une victoire à ma portée mais aussi content de ce podium et de ce Top 10 au scratch (sur 43 concurrents, Ndlr)… »

Chez Tecmas, on n’a pas manqué de saluer la performance de Maxime, chaudement félicité par Kenny Foray (2e au scratch derrière Guarnoni (Kawasaki), habituel pilote en Mondial Superstock qui avait bénéficié d’une wild-card), le boss Michel Augizeau et tout le staff technique. Dorénavant, tous vont être plus exigeants encore pour le Neversois. Qui aurait tant aimé confirmer en course 2. Mais suite à l’accident mortel d’Adrien Protat, pilote Supersport, pris dans une chute en sortie de la chicane Dunlop, la fin du meeting, après concertation des pilotes et des organisateurs, a été logiquement annulée. Le sport moto a une fois de plus, une fois de trop, été cruellement frappé ; ce drame survenant quelques jours après l’accident mortel d’Anthony Delhalle, en essais, à Nogaro.

Texte Christian Ragot

Photos Stephane Valembois