Mathieu Gines fait cavalier seul

Deux victoires agrémentées de deux meilleurs tours en course, Mathieu Gines, comme promis, a fait le job à Magny-Cours, consolidant sa première place au championnat de France de Superbike.

Frustré d’avoir laissé échapper les trois points de la pole position samedi au profit de Ponsson, l’un de ses adversaires déclarés dans la course au titre, Mathieu Gines n’a pas tardé à montrer qui était le patron, dimanche lors de la course 1, à Magny-Cours. Un véritable cavalier seul ; un récital de la part du poulain de Michel Augizeau qui a franchi le drapeau à damier avec près de douze secondes d’avance sur Julien Da Costa. Oubliée la (petite) déception des qualifications… Et pour mieux faire passer la pilule, Michel Augizeau y alla de son petit compliment : « Mathieu, tu étais le seul à avoir un pneu qualif’ sur 15 tours ; il n’y avait pas de quoi paniquer… »

« Les Michelin ont été top »

Avec sa petite Margo dans les bras, Mathieu ne pouvait qu’acquiescer : « Les Michelin ont été top ; tout de suite à la bonne température. Ce qui m’a permis de creuser rapidement l’écart en signant le meilleur tour en course (1’40’’26 contre 1’40’’38 à Kenny Foray en 2018), synonyme de pole position pour la course 2, dès mon premier tour lancé. Les petites modifications de réglages apportées à la BMW après notre journée d’essais, mercredi, sur le circuit du Bourbonnais, ont été bénéfiques. Mais je ne pensais quand même pas creuser un tel écart… » savourait le pilote breton.

Avant cela, Mathieu Gines avait pris un départ parfait, grillant la politesse à Ponsson. Très concentré, tenant un rythme aussi élevé que régulier, le pilote Tecmas éparpilla la concurrence façon puzzle en lui prenant un peu plus d'une seconde en moyenne au tour. L’écart fait dès la mi-course (10’’7), le leader du championnat se contenta ensuite de gérer (un peu) pour mieux savourer sa deuxième victoire de la saison. Une opération d’autant plus payante que Maurin, son dauphin au championnat, très « chaud » hier, perdit beaucoup de temps après s’être accroché avec Da Costa dans le 3e tour alors que Ponsson fut dans l’incapacité, en fin de course, de préserver sa place sur le podium.

Gines double la mise, Bonnot gagne aussi !

Restait à enfoncer le clou en course 2. Là encore, malgré un frein arrière qui se bloquait sur la grille, Mathieu profitait de sa pole position pour prendre le large d’entrée. « Mais c’était moins net que ce matin. La chaleur sans doute…» analysait le pilote Tecmas tout en soulignant la belle résistance opposée par Julien Da Costa, qui a joué les « boucliers protecteurs » pour Mathieu en se maintenant avec talent à la deuxième place. Mais cette course pleine de rebondissements ne fut quand même pas une simple formalité. Il y eut d’abord un « rodéo » de Ponsson dans le premier tour, au freinage à Adélaïde, qui faillit causer une chute collective ; puis un bris de chaîne sur la moto de Lussiana qui entraîna Bulle dans sa chute entre autres aléas de course. Jusqu’au dernier virage où un « mic-mac » entre Ponsson, Berchet et Maurin obligeait la direction de couse à intervenir au grand dam de Ponsson, rétrogradé, dans un premier temps, de la 3e à la 5e place. « Mais en étant devant, j’étais plutôt cool » souriait Mathieu Gines. « On a eu 99% de réussite ce week-end ; il manque juste le point de la pole, mais bon. Là, je gagne deux fois à la régulière. Je creuse l’écart au championnat ; c‘est tout bon. Je tiens à remercier Romain (La Monica) et toute l’équipe qui ont fait un travail fantastique ainsi que Michelin qui a toujours répondu à nos besoins ». Le boss, Michel Augizeau, n’en attendait pas moins de son pilote leader. Un boss d’autant plus ravi que Maxime Bonnot s’est emparé, sur son circuit fétiche, du leadership au classement des Challengers, terminant 2e de la course 1 et 1er de la course 2. Une victoire dédiée, évidemment, au petit Ambroise, qui a eu les honneurs du podium dix jours seulement après sa naissance. Précoce le petit Bonnot…

Da Costa déclassé

Tout était donc pour le mieux dans le meilleur des mondes sauf que, tard dans la soirée, la direction de course décidait de déclasser Julien Da Costa pour moto non conforme (utilisation d’un conduit d’admission en  carbone, interdit en FSBK). Da Costa, deux fois deuxième sur la piste, derrière Mathieu Gines, c’était pourtant tout bonus pour l’écurie Tecmas dans la mesure où les gros points pris par l’ancien pilote maison en endurance, venu dans la Nièvre pour effectuer un travail de développement pour Dunlop, l’avaient été aux dépens des concurrents directs de Mathieu Gines dans la course au titre. Mais ça, c’était avant le déclassement…

Deuxième fait de course ayant entraîné une modification dans le classement de la course 2, le petit « micmac » du dernier virage entre Maurin, Berchet et Ponsson. Déjà modifié une première fois, le classement l’était à nouveau bien plus tard ; Ponsson étant finalement pénalisé de 5 secondes par le jury pour avoir coupé la chicane et rétrogradé à la 4e place.. Quoiqu’il en soit, Mathieu Gines, avec 204 points, a consolidé son avance au championnat puisque Maurin et Ponsson pointent ex-aequo à la deuxième place avec 157 points. Un joli matelas de 47 points donc avant la 6e et avant-dernière manche du championnat, les 24 et 25 août à Carole où Kenny Foray sera cette fois de la fête…

Christian Ragot