Mathieu Gines renoue avec la victoire !

Week-end fructueux à Nogaro pour l’écurie berruyère Tecmas-BMW-Michelin. Dans des conditions climatiques extrêmes, Mathieu Gines a renoué avec la victoire et consolidé sa place de leader au championnat de France de Superbike.

Enfin ! Mathieu Gines a renoué avec la victoire ce dimanche à Nogaro. «  La dernière remontait à 2016. C’était en IDM (le championnat d’Allemagne, Ndlr), sur le circuit du Nürburgring, avec BMW. Si je ne me trompe pas, la course d’après, je m’étais fracturé les deux avant-bras ; saison terminée. Aussi, gagner ici, avec Tecmas et BMW, ça fait sacrément plaisir. Même si j’aurais bien aimé faire le doublé… ».

Frustré Mathieu ? « Un peu, mais bon. On a quand même fait le job avec ce qu’on avait. Et puis, en signant la pole-position samedi et fait 1 et 2 en course, j’ai consolidé ma première place au classement général. La consigne était de marquer des gros points ;  l’objectif a été atteint. Mais il y avait moyen de faire carton plein. C’est la preuve qu’il faut continuer à travailler pour progresser. Je suis très confiant pour la suite… »

Continuer à bosser, c’est aussi le mot d’ordre du boss, Michel Augizeau, néanmoins satisfait de son week-end dans le Gers : « On a eu des conditions climatiques extrêmes. Le froid, la pluie, pff… Il a même gelé durant la nuit. On a rapidement été confronté à un problème de choix au niveau des pneumatiques. On n’a pas encore beaucoup roulé en essais avec les Michelin et surtout, jamais dans de telles conditions météo. Aussi, dimanche, pour la course 1, c’était comme si on venait juste de descendre la moto du camion ; on n’avait pour ainsi dire aucun repère… »

Ce qui n’a pas empêché Mathieu Gines de profiter de sa pole-position pour mener la course 1 de en bout. En patron ! « Mathieu n’a pas été ultra-rapide mais l’essentiel était de rester sur la piste. Il a fait le job, là où on l’attend » abonde Michel Augizeau. Dès lors, la confiance était de mise chez Tecmas où l’on croyait dur comme fer au doublé. Mais dans l’avant-dernier tour de la course 2, alors qu’il était en tête depuis le départ, le pilote breton se laissa déborder au freinage par Ponsson. « J’étais persuadé de pouvoir reprendre l’avantage ensuite mais je n’avais plus de grip à l’accélération… Dommage d’échouer pour si peu, 8/100e  de seconde » explique le pilote BMW.

« C’est la preuve qu’on doit encore bosser. Chez Tecmas et Michelin, on en est conscient et je sais qu’ils vont rapidement réagir » ajoute Michel Augizeau, néanmoins ravi en consultant le classement général du championnat. 15 points d’avance sur le deuxième après quatre courses, ça n’est pas rien ! Et lors du prochain meeting à Lédenon les 1er et 2 juin, Kenny Foray, heureux papa depuis ce week-end d’une petite Mia, sera présent, nul doute qu'il bouleversera la hiérarchie à bord de sa BMW #78.

Maxime Bonnot pas dans le coup…

Le week-end a, en revanche, été moins fructueux pour Maxime Bonnot. 3e de la course 1, 4e de la course 2 au classement des challengers, le pilote nivernais, qui avait déjà été en difficulté lors des qualifications, a néanmoins limité la casse puisqu’il occupe toujours la première place au classement général. « Je n’ai jamais été dans le coup. Je n’avais aucun feeling avec la moto ; je n’ai pas réussi à la mettre au point. Cela peut arriver… Je n’ai pas su m’adapter aux conditions météo, mais cela n’excuse rien car elles sont les mêmes pour tous… »

Christian Ragot