La confiance est de retour chez Tecmas

 En ce début de saison compliqué, le team Tecmas se raccroche aux bonnes sensations retrouvées lors de la dernière course de Lédenon pour aborder avec confiance la 4e manche du championnat de France de Superbike ce week-end sur le circuit de Pau Arnos.

« On aimerait bien que cette série noire cesse enfin… ». Michel Augizeau reste déterminé alors que la lassitude pourrait le guetter.  Il est vrai que depuis le début du championnat, c’est plutôt la poisse pour l’écurie berruyère Tecmas-BMW. Petit rappel : 4ème en course 1 et un « drive throught » très pénalisant en course 2 (10e) à Magny-Cours ; chute en qualifications avec un départ en fond de grille pour la course 1 (8e) puis une course 2 décevante (9e) à Carole; nouvelle chute en qualifications  avec départ en dernière ligne à Lédenon (9e de la course 1) et panne électronique en course 2. Toujours très performants en essais libres, où ils sont régulièrement pointés dans le top 4. Alan Techer et le team Tecmas  auraient bien des raisons de se croire maudits. 

« C’est vraiment frustrant » consent Michel Augizeau. « On a vraiment hâte de renouer avec le podium pour évacuer tout ça. Il y a même urgence. Il serait facile d’évoquer la malchance mais je refuse de tomber dans ce petit  jeu… Je préfère, avant ce quatrième meeting à Pau Arnos, me raccrocher aux bonnes impressions éprouvées à Lédenon et penser que nous aborderons ce week-end en Béarn, sinon avec sérénité, du moins en confiance ».

« Pour une pièce à 20 euros… »

Dans le Gard,  pour la course 2, l’équipe, plus que jamais au dos au mur, avait joué son va-tout au niveau du choix des gommes et des réglages et cela semblait enfin payer. Alan Techer était en effet à la lutte avec Valentin Debise pour la 2e place, pas très loin du leader, Kenny Foray, mais devant le champion en titre, Mathieu Gines. Impeccable au fil des tours, avec des « Michelin » très constants, Alan Techer était prêt à porter une attaque sur Valentin Debise avant d’être stoppé net, à six tours de l’arrivée, par une panne du relais général de l’électronique. «  Une broutille, une pièce à 20 euros.  Quelque chose qui ne devrait jamais arriver. De quoi être dégouté, non ? D’autant plus rageant que nous avions enfin trouvé le bon set up pour rendre la moto efficace sur la totalité de la course. Malheureusement, cette panne électronique a tout gâché. Néanmoins, nous sommes repartis de Lédenon avec des certitudes et un moral en hausse ; c’est déjà ça ».

La confiance semble revenue au sein du team berruyer mais il y a encore quelques incertitudes pour parler de sérénité. « La météo va certainement nous compliquer la tâche. Il faudra vite s’adapter et trouver les solutions aux problèmes éventuels. Le choix des gommes sera déterminant. Pour le reste, j’ai confiance en Alan pour aller chercher un podium. J’aimerais tant que nos efforts se concrétisent par un bon résultat. Cela ferait du bien à tout le monde. A l’équipe, à nos partenaires et à tous ceux qui nous soutiennent et croient en nous»  souffle Michel Augizeau. « Quoiqu’il en soit, on ne lâchera rien ! »

Christian ragot

NB. Les horaires du Superbike : samedi, qualifications de 15 h 15 à 15 h 40. Dimanche, course 1 à 12 h 10 ; course 2 à 17 h 35.