kenny Foray veut finir en beauté

Titre de champion de France en poche, Kenny Foray et Tecmas-BMW auront à cœur de terminer la saison en beauté ce week-end lors des finales FSBK à Albi. 

“Rouler vite, se faire plaisir et surtout, gagner des courses. Bref ! Finir en beauté et faire honneur à un à titre dont on a toutes les raisons d’être fier. C’est mon objectif pour ces finales FSBK à Albi… ». Même si la déception du Bol d’Or (abandon après quinze heures de course sur une casse moteur incompréhensible) n’est pas complètement ravalée, Kenny Foray est déjà passé à autre chose. «  C’est vrai que c’est frustrant car on avait tous les atouts pour viser le podium mais c’est comme ça. Le plus rageant, c’est qu’on n’y peut rien (à la casse, Ndlr) alors que trois autres BMW ont terminé dans le Top 5 (2e, 4e et 5e). Et jusque-là, on était facilement à leur niveau, voire devant… ».

Retour au Superbike donc où Kenny, en grand professionnel, voudra faire honneur à son titre. Montrer que ce titre ne doit rien au hasard. Au contraire, qu’il est le fruit d’un travail acharné mené par tout le team depuis deux ans. Toute la saison durant, Kenny n’a laissé que des miettes à ses concurrents directs et il entend poursuivre sur la lancée. « Il y aura des pilotes avec wild card qui viendront préparer la manche mondiale de Magny-Cours. Tant mieux, ça n’en sera que plus intéressant… » Sous-entendu, une victoire à Albi n’en aura que plus de valeur. C’est aussi l’avis de Michel Augizeau : « Même si le titre est en poche, le premier pour le team en 1000 mais aussi pour Kenny, on n’a pas le droit de se louper. Pour BMW, Pirelli et tous nos partenaires, on se doit d’être professionnels jusqu’au bout. Kenny, bien sûr, et je n’ai aucun doute là-dessus, mais aussi toute l’équipe… »

Le fait aussi que les deux courses de dimanche seront retransmises dans leur intégralité par L’Equipe 21, est une autre bonne raison de faire la course en tête et de se montrer. « On va aussi profiter de ce dernier week-end de championnat de France pour booster un peu notre deuxième pilote, Maxime Bonnot » ajoute Michel Augizeau. « Il n’a certes pas le statut de pilote officiel BMW et ne bénéficie donc pas des dernières avancées techniques et technologiques du constructeur mais Maxime mérite d’être aidé. Il a passé un cap depuis qu’il a repris la compétition après sa cabriole aux 24 Heures du Mans (fracture du poignet). Il n’a que 20 ans mais il a énormément gagné en expérience près de Kenny et après Carole, il peut à nouveau viser le podium au classement des challengers. Albi sera aussi pour lui l’occasion de préparer la manche mondiale de Superbike, la semaine prochaine, à Magny-Cours où il sera engagé en Superstock  (STK 1000). Cela va lui faire le plus grand bien de se frotter au gratin mondial… ».

Christian Ragot - Correspondance

Stephane Valembois