Kenny Foray pour confirmation

Personne n’a oublié le drame qui a coûté la vie à Adrien Protat en 600 Supersport, lors du meeting d’ouverture au Mans. Un meeting qui avait alors été logiquement interrompu ; l’organisation annulant purement les courses du dimanche après-midi. Du coup, le championnat de France FSBK va prendre son véritable envol ce week-end à Nogaro.

« Cette fois, on va savoir où tout le monde se situe » estime Kenny Foray, le pilote Tecmas-BMW. Il y a un peu plus d’un mois, dans la Sarthe, certains n’étaient pas encore tout à fait prêts et du coup, d’autres, à l’image de Tecmas, semblaient avoir pris un peu d’avance sur la concurrence. Un jugement que Kenny Foray tient à tempérer : « Je pars du principe que la première course de la saison, c’est toujours délicat. Tout le monde se cherche. C’est vrai que nous avons été plutôt bien au Bugatti, tant en qualifications qu’en course et que l’on a marqué des gros points.  Mais je n’oublie pas non plus que David Checa, champion en titre et notre adversaire numéro 1, a dû abandonner très tôt… »

Guarnoni sera encore là

Il n’empêche, avec deux deuxièmes places aux chronos et une deuxième place en course 1 derrière Guarnoni, engagé en mondial Superbike avec Kawasaki et qui avait bénéficié d’une wild card dans la Sarthe, Kenny Foray avait fait le job. Aussi, c’est un vif désir de confirmer cette belle entame de saison qui animera le protégé de Michel Augizeau, ce week-end, dans le Gers.

« Guarnoni ? Il sera encore un sérieux candidat à la victoire à Nogaro où il a bénéficié d’une nouvelle wild card. Et même pour la course au titre. Car je suis persuadé qu’il va essayer de disputer un maximum de courses pour  viser le titre. D’où la nécessité de le battre à Nogaro. Au Mans, il était un ton au-dessus mais pas tant que ça. Sans un problème récurrent au départ, j’aurais peut-être pu l’inquiéter jusqu’au bout » estime Kenny, cependant  plutôt optimiste : « Avec l’aide des techniciens allemands, on a enfin résolu ce problème de départ qui m’avait déjà coûté cher l’année dernière sur ce même circuit (3e et 4e). On a également profité d’une journée d’essais à Nogaro pour valider d’autres petites choses. Tout cela a été très positif puisque, malgré un important trafic, on a signé de meilleurs chronos que ceux réalisés en course en 2016. Mais il ne faut pas s’enflammer. Nos concurrents aussi ont dû beaucoup travailler ces dernières semaines. Et je sais que David (Checa), boosté par sa victoire aux 24 Heures du Mans, est bien décidé à remettre les pendules à l’heure… »

Davic Checa mais aussi Mathieu Gines, Etienne Masson, David Muscat, Mathieu Lagrive ou David Perret qui seront autant de coriaces adversaires, au même titre que Jérémy Guarnoni, pour le pilote Tecmas-BMW qui devra aussi repousser les assauts de Matthieu Lussiana, son coéquipier aux dernières 24 Heures du Mans au sein de l’écurie berruyère.

Maxime Bonnot forfait

En revanche, le deuxième pilote Tecmas, Maxime Bonnot ne défendra pas sa deuxième place au classement des Challengers. Accidenté au Mans, lors de sa première participation aux 24 Heures du Mans (fracture du poignet), le jeune Neversois, en voie de guérison certes, n’est pas encore complètement rétabli. Son  retour est programmé pour les 27 et 28 mai à Lédenon.

Amalric pour le podium

8ème lors de sa première course au Mans. Michel Amalric aimerait véritablement lancer sa saison avec un bon résultat à Nogaro. Historiquement, le pilote de Castres se sent bien en terres Gersoises, sur un tracé qui correspond bien à son style de pilotage. Michel aura à cœur, ce weekend de monter sur l'une des 3 marches du podium et qui sait, pourquoi pas la plus haute ?

Christian Ragot - Correspondance

Photos Stéphane Valembois