Kenny Foray (Tecmas-BMW) champion de France

Premier titre en Superbike (version moderne) pour l’écurie berruyère Tecmas mais aussi pour Kenny Foray. Vainqueur de la course 1 et 3e de la course 2 à Carole, le pilote BMW aura à cœur de faire honneur à son titre, « le plus beau que l’on puisse obtenir en France », avant le Bol d’Or et les finales FSBK à Albi.

Grand favori pour le titre, Kenny Foray n’a pas laissé planer le doute très longtemps. Déjà très bon en qualifications (2e de la première séance, pole position pour la deuxième), le pilote Tecmas-BMW, sur son circuit fétiche de Carole et sans pour autant prendre de risques, a d’emblée affiché sa supériorité. Au jeu du « à toi, à moi » qui a régalé le public francilien, Kenny a fini par prendre l’avantage sur le poleman Axel Maurin pour signer sa septième victoire de la saison. Et si David Perret, dans un ultime rush, n’avait soufflé la deuxième place in-extrémis à Maurin sous le drapeau à damier, Kenny aurait été sacré champion de France avant même de disputer la deuxième course, dimanche après-midi. A l’heure du déjeuner en effet, avec 233 points au compteur (y compris le point de la pole de la course 2) contre 154 à Perret, il ne lui manquait en effet qu’un petit point pour se parer officiellement du titre. Néanmoins, sauf à imaginer le pire des scenarii, à savoir ne pas marquer le moindre point jusqu’à la fin de la saison, les jeux étaient faits. Et encore, faudrait-il que David Perret fasse carton plein. Impensable !

Kenny Foray « Le plus beau des titres en France »

Assurer, c’était donc le mot d’ordre au départ de la course 2. Aussi, quand Alex Maurin s’élança comme un boulet, Kenny ne chercha pas à s’accrocher. Idem quand Perret s’empara de la deuxième place ; une troisième place sur le podium suffisant largement à son bonheur : « La priorité, c’était le titre. Le décrocher ici, à Carole, sur mon circuit de cœur, c’est génial.  Cela faisait un bout de temps qu’on savait qu’il était à notre portée, qu’on était tout près du but mais en sports mécaniques, tant qu’on n’a pas franchi le drapeau à damier, il faut raison garder. C’est une fierté pour l’équipe, pour BMW et pour moi aussi. C’est le plus beau titre de vitesse que l’on puisse gagner en France… » se réjouissait le pilote d’Olivet qui n’avait encore jamais été couronné en Superbike, lui avait déjà été champion de France Supersport en 2007 et même champion du monde d’Endurance en 2014. Et Kenny d’enchaîner : «  Ces derniers jours, je ressentais un peu plus la pression que d’habitude. Au fond de moi, je craignais de passer à côté de l’immanquable. Une chute, une panne mécanique, une crevaison peuvent toujours arriver… Mais ce matin (lire dimanche matin), sur la moto, le stress avait disparu. J’étais franchement content de gagner la course 1 sans forcément prendre de gros risques. Ensuite, en course 2, j’avais juste envie de profiter sachant que je n’avais besoin que d’un point pour être champion… »

Un titre que Kenny dédie aussi à toute l’équipe « qui a fait un superbe boulot depuis l’année dernière, à l’image de Romain La Monica et Guillaume Poitevin, pour me donner la meilleure moto possible ».

Michel Augizeau : « Ce titre va booster l’équipe… »

Le boss Michel Augizeau était lui aussi sur un petit nuage : « Tecmas avait déjà été champion de France Superbike en 1991 avec Philippe Grillet mais c’était avec des 750 cc. Egalement en 2009 en Supersport 600 avec Mathieu Gines. Là, c’est autre chose. Le top ! Déjà l’an dernier, nous avions été très compétitifs et sans un abandon sur crevaison au Mans et une panne électrique à Carole, on aurait lutté avec David Checa jusqu’au bout. Ce titre va booster toute l’équipe avant le renouvellement de notre contrat avec BMW. Nous avons reçu des centaines de messages de félicitations, y compris du maire, Pascal Blanc ; ça fait chaud au cœur. Je veux aussi souligner la belle performance de Maxime Bonnot qui a terminé les deux courses sur le, podium des Challengers. Du coup, on a totalisé quatre podiums en deux courses à Carole ; pas mal non ? ».

Mais la saison n’est pas terminée pour autant. « Dans quinze jours, c’est le Bol d’Or, une course très importante » sourit Kenny Foray. « On a le potentiel, avec l’arrivée de Julien Da Costa, pour obtenir un excellent résultat. Les deux dernières courses de Superbike à Albi ? Certes, elles ne changeront pas le classement final du championnat mais on aura à cœur de faire honneur à notre titre. On ira dans le Tarn pour la gagne ! »

Les classements

Course 1 : 1. Kenny Foray (Tecmas-BMW), 2.Perret (Yamaha) à 0’’128, 3. Maurin (Yamaha) à 0’’522, 4. Gines (Kawasaki) à 6’’793, 5.Checa (Yamaha) à 13’’682, 6. Masson (Suzuki) à 13’’780… 9. Maxime Bonnot (Tecmas-BMW) à 21’’880 (3e des challengers). Record du tour en course : Axel Maurin : 1’00’’423.

Course 2. 1. Maurin, 2. Perret à 2’’277, 3 Foray à 13’’612, 4. Masson à 15’’111, 5. Checa à 17’’993, 6. Berchet (Kawasaki, 1er des Challengers) à 18’’313, 7. Camus (Suzuki) à 22’’677, 8. Bonnot à 23’’125 (3e des Challengers), etc…

Classement du championnat (avant les deux dernières courses à Albi) : 1. Kenny Foray (Tecmas BMW) 249 points, champion de France 2017 ; 2. David Perret 175 pts ; 3. David Checa 137 pts ; 4. Alex Maurin 122 pts ; 5. Etienne Masson 114 pts ; 6. Mathieu Gines 93 pts ; … 18 Maxime Bonnot 28 pts (6e des Challengers), etc…

Christian Ragot - Correspondance

Stephane Valembois