Kenny Foray blessé, Maxime Bonnot dans le coup

Une chute lors de la deuxième séance d’essais libres et c’en était fini des finales FSBK à Albi pour Kenny Foray et le team Tecmas-BMW. Heureusement, l’essentiel, à savoir le titre en Superbike, avait été assuré trois semaines plus tôt sur le circuit francilien de Carole.

En sports mécaniques, même les meilleurs ne sont jamais à l’abri d’une chute ou d’une casse mécanique. Kenny Foray, sacré champion de France avant même le rendez tarnais, en a fait l’amère expérience sur le circuit du Séquestre à Albi. Alors qu’il voulait faire honneur à son titre, « pour le team, BMW et Pirelli et surtout, parce que j’avais envie de me faire plaisir et d’aller chercher une nouvelle victoire», le pilote d’Olivet, sans que l’on puisse évoquer pour autant un quelconque excès d’optimisme ou une trop grande décontraction, est allé à la faute dès la deuxième séance d’essais libres. « On était à la mi-séance et j’avais jusque-là signé le meilleur chrono. J’étais encore à l’attaque c’est vrai, quand, à la ré-accélération en sortie de virage au P2, j’ai été surpris. La roue arrière est partie et je n’ai pas pu ramener la moto… Peut-être que ma façon de piloter n’était pas adaptée à l’électronique de la moto, qui est là pour corriger les erreurs. C’était pourtant la même qu’au Bol d’Or. Ou un excès d’optimisme de ma part» confesse le pilote. Une méchante chute avec, pour conséquence, une double fracture à la main droite avec déplacement du métacarpe. Bras en écharpe, peu après sa cabriole, Kenny avait du mal à masquer sa déception : « J’ai les boules (sic)  car j’aurais aimé terminer la saison en beauté. Albi est un circuit que j’aime bien. J’avais gagné les deux courses l’année dernière (et signé les deux pole-positions et les records du tour en course, Ndlr) et voilà…  Mardi, je vais consulter à Paris pour voir s’il faut opérer ou non. ».

Forcément, au sein du team de Michel Augizeau, on rêvait d’un tout autre épilogue à une saison de Superbike par ailleurs en tous points remarquable. Jusque-là, Kenny Foray et la très performante BMW S1000 RR n’avaient, en effet, laissé que des miettes à leurs concurrents directs du championnat de France avec sept victoires (Nogaro, Lédenon deux fois, Pau deux fois, Magny-Cours et Carole) en onze courses et trois autres podiums au Mans, à Nogaro et à Carole. « Titre en poche, Albi était  l’occasion idéale pour nous montrer, de faire la promo du team et de la marque ; les courses étant télévisées sur la chaine l’Equipe. C’est dommage mais c’est la course. Kenny est un pilote intelligent et très fiable. C’est sa première chute en deux ans avec Tecmas et je n’ai rien à lui reprocher ; ça arrive aux meilleurs… » jugeait le boss, Michel Augizeau. C’est seulement la deuxième fois, depuis une fracture à un pouce en 2004, que Kenny se blesse sérieusement en tombant. Rare à ce niveau.  Ce qui ne l’empêchera pas, bien sûr, de remettre son titre en jeu la saison prochaine.

Deux podiums pour Maxime Bonnot

Mais tout n’a pas été noir pour l’écurie berruyère puisque Maxime Bonnot, le deuxième pilote Tecmas (non officiel BMW) a fait le job en montant deux fois sur le podium (2e). Lors de la course 1 remportée au scratch par Jérémy Guarnoni (engagé avec une wild card) devant Perret et Gines,  Maxime sut résister à la pression de Pons pour conserver sa 2e place en challengers derrière Clere. En course 2 (victoire au scratch de Perret devant Gines et Checa), après l’abandon de Clere, la plus haute marche du podium lui semblait promise mais deux coupures moteur inattendues à six tours de la fin, vinrent ruiner ses espoirs de victoire au profit de Pons. De bon augure quand même avant la manche mondiale de Superbike dimanche prochain à Magny-Course où Maxime a été engagé par Tecmas.

Les classements  

Classement final du championnat de France de Superbike : 1. Kenny Foray (Tecmas-BMW) 249 points, champion de France 2017 ; 2. David Perret (Yamaha) 222 pts ; 3. David Checa (Yamaha) 162 ; 4. Axel Maurin (Yamaha)  145 ; 5. Mathieu Gines (Kawasaki) 129 ; 6. Etienne Masson (Suzuki) 114 pts ; 7. Jérémy Guarnoni 109 ; 8. Berchet (Kawasaki) 88 ; … 16 Maxime Bonnot (Tecmas BMW) 39 ; 33 pilotes classés.

 

Classement final des Challengers : 1. Berchet (Kawasaki) 241 pts, 2. Pons (Kawasaki) 221 ; 3. Guittet (Suzuki) 161 ; 4. Bonnot (BMW) et Clere (Yamaha) 140 pts, etc…

Christian Ragot - Correspondance

Stephane Valembois - Photos