Kenny Foray abonné au podium

L’Olivétain Kenny Foray (Tecmas- BMW Motorrad) a fait honneur à son titre de champion de France FSBK en étant le seul à résister à l’intouchable Jérémy Guarnoni lors du meeting d’ouverture au Mans.

Alors là, pardon, il y a du niveau. Du très haut niveau même. Et pourtant, Mathieu Gines et David Checa, deux anciens champions du monde d’Endurance, ne sont plus en FSBK. Deux défections largement compensées par l’engagement sur l’année de Jérémy Guarnoni et Matthieu Lussiana qui ont disputé le Mondial de Superbike en 2017 ; par le retour de Erwan Nigon, champion de France de  France de la discipline en 2010 ; par la présence d’anciens pilotes de Grands Prix comme Louis Rossi ou l’Italien Roberto Rolfo (ancien vice-champion du monde 250 cc) alors que les David Perret (vice-champion de France 2017), Axel Maurin, Morgan Berchet, David Muscat ou Hugo Clère, les grands animateurs de l’édition précédente sont toujours là. Pour conserver son titre, Kenny Foray, le pilote Tecmas-BMW Motorrad va devoir cravacher…

Deux fois troisième, malgré quelques petits soucis, Kenny Foray avait fait le job en qualifs où Berchet et Guarnoni, déjà, avaient fait la pole. Mais en course, Kenny a vite compris qu’il lui faudrait nettement hausser le ton pour espérer inquiéter Jérémy Guarnoni. Le Toulousain afficha, en effet, une supériorité insolente en course 1 qu’il a menée de bout en bout pour s’imposer avec douze secondes d’avance sur le pilote Tecmas. Enorme ! Comme peut l’être aussi la différence entre Kenny Foray et le reste de la meute ; le très prometteur Morgan Berchet (Yamaha) réglant l’ex-pilote  Tecmas en Endurance, Mathieu Lussiana, pour la 3e place avec 8 secondes de retard sur Kenny Foray, visiblement mal à l’aise et qui s’était relevé dans les derniers tours.

« C’est la preuve qu’il va falloir encore beaucoup travailler pour aller chercher Guarnoni » analysait Romain La Monica, l’ingénieur Tecmas.

« On  peut, on doit s’améliorer. On en est pour l’instant encore au stade des compromis au niveau des réglages sur la géométrie de la moto. Cela dit, Guarnoni, qu’on savait très rapide, est aussi impressionnant par sa capacité à être régulier dans tous ses tours… Mais on va faire ce qu’il faut pour, dans un premier temps, se rapprocher de lui dès la course 2… » lâcha alors le boss de l’écurie berruyère, Michel Augizeau, loin d’être pessimiste.

Les modifications apportées entre les deux courses furent fructueuses puisque Kenny Foray, auteur d’un excellent départ, resta dans l’échappement de la Kawasaki de Guarnoni durant une bonne dizaine de tours, ne cédant finalement que 3’’8 à celui qui se présente désormais comme son adversaire numéro un dans la course au titre. Les deux pilotes menèrent un train d’enfer jusqu’au bout (ils furent les seuls à descendre sous les 1’37’’ au tour), loin devant tous les autres ; Lussiana (BMW) s’emparant de la 3e place à 12 secondes du vainqueur, devant le Riomois Erwan Nigon (Honda), 4e à plus de 14 secondes.

Kenny Foray abonné au podium

« La première course fut pénible, analyse Kenny. Je n’avais aucun feeling avec l’avant. Je ne me sentais pas en sécurité car c’est un problème que je ne connaissais pas. On avait une nouvelle fourche à l’avant et même si on avait fait des essais en Espagne, on n’avait pas vraiment de références sur ce circuit. Et le froid n’a rien arrangé ; le pneu perdant en pression. Heureusement, j’ai pris plus de plaisir en course 2. On avait changé le pneu avant et modifié quelques petites choses et du coup, le feeling était bien meilleur. Ce qui m’a permis d’attaquer et ensuite de résister à Jérémy (Guarnoni) pendant une dizaine de tours. Après, il ne faut pas se voiler la face. Je n’avais pas le rythme suffisant pour aller chercher un pilote habitué à courir en Mondial et qui a déjà gagné en Superstock. Pour moi, c’est néanmoins un week-end positif. Outre les deux podiums, on sait maintenant quelle orientation prendre pour nous améliorer. On sait aussi qu’il va falloir se battre pour conserver le titre mais j’aime l’adversité ; elle est source de progrès. Et c’est mieux aussi pour le spectacle… »   

Podium aussi pour Maxime Bonnot

Bonne opération aussi pour le deuxième pilote Tecmas, Maxime Bonnot. En proie à des difficultés récurrentes (vibrations) lors des essais, le Neversois s’est bien repris en course : 4e de la course 1 après avoir gagné quinze places dans le premier tour, et 2e de la course 2 avec un meilleur tour en course en 1’39’’017. Prometteur pour la suite…

L’écurie Tecmas avait également deux pilotes engagés en European Bikes. Alexandre Leleu s’est classé deux fois 5e (sur 44 engagés) et Madjid Idres, 12e et 13e.

Christian Ragot - Correspondance spéciale