Kenny Foray est de retour au bercail

Au guidon de la nouvelle BMW 1000 RR, Kenny Foray tentera cette saison de reconquérir le titre du championnat FSBK, avec l’équipe berruyère Tecmas.

SVS_20190602_IMG_0243_2048px.jpg
Retrouvailles avec Michelin

En revenant chez Tecmas, Kenny Foray va retrouver les pneumatiques de la marque clermontoise, sur lesquels il a réalisé de belles courses en 2019. Le pilote installé à Olivet (Loiret) revient sur les raisons de son retour au sein de l’écurie

berruyère. « Le team dans lequel j’étais allait en Espagne et mon intérêt était de rester en France. Comme j’ai toujours été chez Tecmas et que je suis très lié à BMW France, cela s’est fait na­ turellement. »

Cette saison Tecmas-BMW pourra donc de nouveau comp­ter sur Kenny Foray comme pi­lote officiel. Et sur deux pilotes supports que sont Alan Techer (5e du championnat l’an passé) et Maxime Bonnot (de retour après une pause pour raisons familiales). « BMW m’a deman­dé si je pouvais reprendre Ken­ny, raconte le boss, Michel Au­gizeau. J’ai dit : “oui, sans problème”, mais je ne voulais pas laisser tomber Alan. Tecmas et les partenaires berrichons soutiendront Alan, tandis que Kenny bénéficiera de notre bud­get via BMW. »

« Chez nous, chaque pilote a son indépendance, assure le pa­tron de l’équipe. Il y aura un in­génieur pour Kenny Foray, un pour Alan Techer et un pour Maxime Bonnot. Avec un mécanicien et un assistant. La moto de Kenny est toute nouvelle, ce qui peut être un bien ou un mal. Alan aura l’avantage de continuer sur la moto qu’il avait l’an passé. Il n’y aura pas de consignes. Je veux juste que tout le monde soit bien servi et qu’il n’y ait pas d’entrave de no­tre part pour empêcher quel­qu’un d’avoir un résultat. »

Sur la saison de vitesse, Kenny Foray visera le titre. « La nouvel­le moto ne change pas beau­coup de l’ancienne, mais on va devoir travailler dessus. Le championnat de France est mon objectif principal. On a toutes les cartes en mains mais il faut en même temps de la réussite, de la chance et de la performance. C’est bien aussi d’être plusieurs pilotes dans une même structure car cela tire tout le monde vers le haut. Même si cela est plus stressant pour le team manager quand il a plusieurs motos de­vant. » La nouvelle saison du championnat de France Super­bike débutera au Mans les 27 et 28 mars prochains.

Philippe Roch