Deux mois de surchauffe…

Un championnat peut se gagner, ou se perdre, bien avant la première course. En boss avisé, Michel Augizeau le sait mieux que quiconque : le temps perdu ne se rattrape jamais. C’est bien pourquoi on est déjà (un peu) en surchauffe dans les ateliers Tecmas de l’Avenue de Saint Amand, à moins de trois mois du coup d’envoi de la saison et la première manche du championnat de France Superbike, les 25 et 26 mars au Mans.

« Les nouvelles motos sont arrivées ce mercredi ; on va pouvoir enfin commencer à bosser dessus » se félicite Michel Augizeau. « Deux mois pour se préparer, il n’y a rien de trop. On va commencer par effectuer le rodage des moteurs. Puis il y aura beaucoup de travail à faire pour préparer ces machines d’exception conformément à la réglementation EWC (Endurance World Championship), notamment au niveau des suspensions, de l’électronique, ou encore au niveau des montages de roues. Ensuite, on va y ajouter quelques systèmes made in Tecmas. Des petites choses qui doivent nous faire gagner un temps précieux lors des ravitaillements. Idem pour les réparations inévitables en cas de chutes, sachant que, tout en cherchant à se faciliter la tâche au maximum et à privilégier la rapidité d’intervention, il faut aussi préserver une fiabilité maximum ; ne pas fragiliser la moto ni jouer avec la sécurité des pilotes. Tout cela demande beaucoup d’attention et d’expérience » glisse le boss. L’équipe va aussi profiter des mois de janvier et février pour repenser tout ce qui tourne autour de la moto lors des courses de 24 Heures : l’aménagement du box, le système de chronométrage et des données informatiques, les ravitaillements en carburant et si besoin en huile… Bref ! Tout doit être passé au peigne fin avant d’être validé lors des premiers roulages.

En essais à Almeria et à Portimao

Deux séances d’essais de quatre jours sont programmées début mars à Alméria et à Portimao. « La première, en Espagne, est organisée par BMW. Tous nos pilotes seront en piste : Kenny Foray, Lukas Trautmann, Camille Hedelin pour l’endurance mais aussi Maxime Bonnot et Michel Amalric, ce dernier étant engagé en European Bike sur une BMW. Au Portugal, ce sont des essais Pirelli et seuls les pilotes officiels sont conviés, en l’occurrence, Foray, Hédelin et Trautmann. L’objectif sera de rouler au maximum pour engranger le plus grand nombre de données. C’est d’autant plus important, notamment pour le Superbike, que le règlement pour la France a changé avec la suppression des catégories EVO et Superstock. Tout le monde sera donc en Superbike avec cependant un championnat dit des « challengers » pour les jeunes pilotes, notamment Maxime (Bonnot).  La concurrence va être supérieure à celle rencontrée l’an passé. Surtout, on va devoir s’adapter à la nouvelle électronique du constructeur qu’on ne connaît pas bien alors qu’en 2016, celle que nous avions développée s’était avérée très performante. Mais bon, on fera avec… »

Pas de temps à perdre donc. Après de courtes vacances aussi bénéfiques que méritées et une présentation de fin saison très réussie dans le nouveau show-room de Savib 18 à Saint-Doulchard, avec notamment l’officialisation du partenariat de BMW en Superbike comme en Endurance, Michel Augizeau, Romain La Monica et Guillaume Poitevin vont mettre tout en œuvre pour offrir les motos les plus performantes possibles à leurs pilotes dès les premières séances de roulage.

Texte Christian Ragot

Photos Stephane Valembois