Kenny Foray renoue avec la victoire à Lédenon

Les sourires sont enfin revenus au sein du team Tecmas-BMW. Il n’y a rien de mieux que la victoire pour ça. En mettant fin à la domination écrasante de Jérémy Guarnoni, dimanche matin, à Lédenon, Kenny Foray a montré, à l’image de toute l’équipe, qu’il ne lâcherait pas son titre sans combattre.

Pourtant, après le carton plein de son adversaire direct au Mans puis à Nogaro, d’aucuns auraient cédé au découragement. Sauf que Kenny Foray, nullement impressionné par les deux pole-positions signées le samedi par Guarnoni, est, lui, doté d’un mental à toute épreuve. Tout comme Michel Augizeau, par ailleurs  persuadé que la BMW S1000 RR ne cède en rien à la Kawasaki au  niveau de la performance. Et comme les deux motos sont dotées des mêmes pneus Pirelli, la différence allaient forcément se faire au niveau du pilotage. Cette fois, sur une piste sèche, Kenny prit un très bon départ ; la baston pouvait commencer. C’était un  coup à toi, un coup à moi. Loin devant tous les autres. Avec un changement de leader presqu’à chaque tour. Et si Guarnoni signa le meilleur tour en course (1’22’’994), le pilote Tecmas, cette fois, ne laissa pas échapper la victoire. Sa première de la saison, laissant à penser que le championnat est loin d’être joué. Une victoire à la poignée, à la régulière.

Mais dans la course 2 de l’après-midi, le leader du championnat, en s’élançant de la pole-position, a pris sa revanche sur le champion en titre. Kenny Foray n’était pas loin mais gêné par un retardataire, prit quelques dixièmes de retard. Dès lors, la course était jouée ; le pilote d’Olivet se contentant d’assurer sereinement sa deuxième place. Rendez-vous maintenant à Magny-Cours où, sur un circuit rapide et un excellent revêtement, cela devrait aller vite ; très vite… Avec toujours l’ambition pour Foray et Tecmas d’engranger de gros points afin  de rester dans la course au titre.

Douche froide pour Maxime Bonnot

Ce week-end dans le Gard aurait été encore plus satisfaisant pour l’écurie berruyère si Maxime Bonnot n’avait pas encouru les foudres des commissaires. Confirmant ses bonnes dispositions du moment, Maxime avait signé, sur la piste, sa première victoire en Superbike. Déjà sur le podium au Mans et à Nogaro, il était monté cette fois sur la plus haute marche au classement des Challengers (6e au scratch)… Mais juste après la cérémonie du podium, c’était la douche froide ; le protégé de Michel Augizeau étant déclassé pour non-conformité avec le règlement des pneumatiques. En fait pour l’absence des étiquettes qui doivent être collées sur les pneumatiques. Une première ! Et une disqualification bien sévère pour celui qui avait dominé les débats sur la piste. Ce qui va aussi obliger Michel Augizeau à faire appel de cette décision. Maxime avait encore la possibilité de se refaire dans la course 2 mais alors qu’il était en tête des Challengers (8e scratch), gêné par un concurrent trop lent, il chutait, sans gravité heureusement.  Maigre consolation pour le Neversois, les deux points engrangés pour les deux pole-positions réalisées le samedi. Et la troisième place néanmoins préservée au classement général provisoire.

Christian Ragot - Correspondance spéciale

Stephane Valembois - Photos